Mangez une saucisse. Faites-le pour les animaux.

Fantasme n° 1 : la Humane Society of the United States (HSUS) ne fait pas la promotion de la consommation « compassionnelle » de viande.

Voici ce qu’écrit HSUS en légende à ce post Facebook : « Encore plus de bonnes nouvelles pour les cochons ! Cliquez sur « J’aime » pour apporter votre soutien à ces compagnies qui font ce qui est juste. :) »

Autrement dit, soutenez les compagnies qui vendent de la viande et des produits d’origine animale, et font « ce qui est juste ». Réfléchissez à ce message.
Wayne Pacelle, le PDG de HSUS, nous dit d ›ailleurs très clairement que la viande « heureuse » est moralement une bonne chose.

Je ne pense pas que l’on doive adopter un régime végétarien pour faire la différence. Je pense que les petits choix que nous faisons — comme opter pour les agriculteurs élevant les animaux convenablement et avec humanité, ou réduire notre consommation —, que toutes ces choses comptent. Vous n’avez pas besoin d’être parfait pour avoir un impact. Ce que je ne veux pas, c’est que les gens se sentent paralysés, qu’ils croient devoir adopter un certain régime orthodoxe afin d’être partie prenante du changement. Absolument pas. Les petites décisions que nous pouvons tous prendre peuvent avoir d’énormes conséquences.

D’après Pacelle, vous pouvez donc avoir un impact en mangeant de la viande et des produits d’origine animale provenant d’ « agriculteurs élevant les animaux convenablement et avec humanité ».

Ainsi, non seulement ne se contente-t-il pas de dire que les produits d’origine animale obtenus « convenablement et avec humanité » sont acceptables, mais qu’en consommer est cohérent avec le fait de se soucier moralement des animaux et de les considérer comme des membres de la communauté morale.

Fantasme n° 2 : ce type de campagnes n’embrouillent pas les gens.

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Formidable nouvelle ! Je ne mange pas de viande, mais même si j’en mangeais, je n’achèterais pas de porc venant de producteurs utilisant des stalles de gestation. Ball Park Franks, Hillshire Farm et Jimmy Dean ont encore du chemin à faire. Il est temps qu’ils arrêtent de torturer les animaux jusqu’à la mort. »

(A en croire cette personne, les cochons ne sont pas torturés dès lors qu’ils ne sont pas en stalle de gestation. Les stalles de gestation, ce serait la mauvaise partie d’une vie de cochon. Tout le reste serait formidable. A propos, la photo suggère que les cochons évoluent désormais en liberté. La nouvelle concerne pourtant l’utilisation des stalles de gestation, pas l’élimination du confinement.)

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « MERCI DOUX JESUS !!! »

(J’ai tendance à penser que Jésus se sentirait ici insulté.)

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Ouiiiiiiiiiii ! Victoire !!! Merci, merci pour les animaux ! »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Partagé dans le Maryland, et merci à vous les compagnies pour faire ce qui est juste. Bravo à Ball Park, Hillshire Farms et Jimmy Dean, et obligeons-les tous à se joindre à vous. Le monde sera un endroit meilleur pour nous tous et pour les cochons. Nous sommes si heureux de voir ça. Bravo à Jane Velez Mitchell pour son combat et pour nous faire prendre conscience de tout ça. Nous vous aimons Jane. »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « J’Aime ces sociétés… SVP, rejoignez la bande !!!! »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « On dirait qu’ils [les cochons sur la photo] se paient du bon temps. »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Après avoir vu un cochon sauver une chèvre prise au piège d’un trou boueux, j’éprouve un nouveau respect pour ces animaux. Tous les animaux qui pensent doivent être respectés, surtout si vous vous apprêtez à les manger ! »

(Alors comme ça vous devez « respecter les cochons, surtout si vous vous apprêtez à les manger ». Réfléchissez à cela une seconde.)

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Formidable, il était temps qu’ils abandonnent cette merde. Merci aux gens comme nous de leur avoir fait savoir que nous boycotterons les compagnies cruelles avec les animaux. Que nous mangions de la viande ou pas, nous ne serons pas partie prenante de ça ! »

(Relax tout le monde. Ces trois compagnies, désormais, ne font plus preuve de cruauté. Formidable , hein ? Annulons le boycott. Prenons une saucisse à la place.)

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Je suis ravi d’entendre ces nouvelles. Les cochons doivent pouvoir mener une vie naturelle tout comme l’ensemble des animaux, au lieu d’être confinés dans ces stalles de gestation qui leur sont une torture. »

(Oui, n’est-ce pas, les animaux domestiqués qui seront mutilés, maltraités de diverses façons et qui finiront dans la puanteur et l’horreur d’un abattoir, vivent une vie « naturelle ». Quelle victoire !).

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Aimez les cochons ! Plus de souffrance ! »

(Mais oui. Ces cochons ont une vie formidable. Ils ne souffrent plus du tout !)

Commentaire sur la page Facebook de HSUS (en réponse à des critiques) : « Il y a toujours des gens pour ne voir que le mauvais côté des choses. Au moins maintenant les cochons peuvent apprécier un peu leur vie. »

(C ›est ça, arrêtons de « semer la zizanie ». Suivons le mouvement HSUS. Le désaccord n’est pas permis.)

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « C’est tellement important de respecter les animaux que nous mangeons, et non les maltraiter… »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Ball Park, Hillshire Farm et Jimmy Dean, que Dieu vous bénisse, vous et vos affaires, pour ne plus servir de porc en provenance d’élevages industriels qui traitent le bétail avec tant d’inhumanité !! Merci d’avoir la force intérieure de vous lever pour ce qui est juste et moral. Soyez tous bénis… »

(En mettant de côté les éloges stupides adressés à ces compagnies, cette personne croit manifestement qu’elles ont mis fin au processus intensif dans son intégralité, ce qui n’est pas le cas. Elles vont simplement mettre fin à cette pratique économiquement non rentable que sont les stalles de gestation, à un moment donné du futur.)

Fantasme n° 3 : ce type de campagne n’encourage pas les gens à continuer de consommer les animaux.

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Je ne raffole pas du porc, mais si c’était le cas, j’achèterais ces marques. »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « MERCI Ball Park, Hillshire Farms et Jimmy Dean pour votre compassion qui vous a permis d’éliminer les stalles de gestation ! Je vais redevenir client ! »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Je ne mange pas de viande, mais je dirai à ma famille et à mes amis quelles sociétés font ce qui est « juste ». Merci à toutes les compagnies qui évoluent vers plus de compassion. »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Merci Hillshire Farms ! Maintenant je peux recommencer à acheter chez vous ! »

Commentaire sur la page Facebook de HSUS : « Maintenant je sais quelles marques acheter !! »

Fantasme n° 4 : les réformes de bien-être animal sont géniales parce qu’elles réduisent la souffrance animale ICI ET MAINTENANT.

De HSUS : « La Hillshire Brands Company a annoncé aujourd’hui être activement engagée dans des alternatives au logement traditionnel en caisses de gestation, et compte mettre ces solutions en place vers la fin de 2022, » a déclaré Hillshire dans son rapport. La compagnie a poursuivi en précisant que son « intention est de choisir tout son porc chez des fournisseurs qui utiliseront le type de logement fournissant aux animaux mouvement et confort convenables. »

Etc., etc., etc.

J’ai trouvé ces commentaires en moins de deux minutes. A l’époque où j’ai écrit ceci, il y avait pratiquement 3100 « j’aime », 400 « partages » et plus de 150 commentaires, dont beaucoup sont favorables.

Si on voit là-dedans autre chose qu’une immense trahison des intérêts des animaux, permettez-moi d’être en désaccord.

On m’a accusé de « semer la zizanie » plus de fois que j’ai mangé du broccoli (et j’aime le broccoli) pour avoir critiqué ce genre de mascarade. Si c’est « semer la zizanie » que de tracer une frontière entre ça et ce que je pense, alors je suis heureux de tracer cette frontière, de me tenir loin de ce type de campagnes et de ceux qui promeuvent cette obscénité.

*****

Si vous n’êtes pas végan, s’il vous plaît, devenez-le. Le véganisme est une question de non-violence. C’est d’abord une question de non-violence envers les autres êtres sentients. Mais c’est aussi une question de non-violence envers la terre et envers vous-même.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
Professeur, Rutgers University
©2012 Gary L. Francione

Post-scriptum ajouté le 22 septembre :

Voici un article écrit par un cadre de HSUS et un agriculteur « heureux » louant tous deux la viande « heureuse ».

Extraits :

Cet été, H. J. Heinz Co. a annoncé qu’il travaillait avec ses fournisseurs pour faire en sorte que les mères ne soient plus maintenues à l’étroit dans des stalles pendant qu’elles accouchent portée après portée de porcelets. C’est un nouveau chapitre bienvenu dans une histoire depuis longtemps dévoilée.

Lorsque nous parlons à nos enfants des animaux d’élevage, nous recourons souvent à des images antiques et familières : des poules picorant dans les champs à la recherche d’insectes ou de graines, ou encore des cochons sommeillant sur des litières de paille. Ces scènes constituent une partie de notre héritage agricole, et il fut un temps où elles constituaient effectivement une description fidèle de la manière dont vivaient les animaux. Malheureusement, ces images et la réalité de leur existence au sein des élevages industriels sont radicalement différentes.
….

Tandis qu’un puissant lobby d’agrobusiness se bat pour maintenir le statu quo industrialisé, un nombre croissant de consommateurs, de fermiers, de détaillants et de législateurs prennent position contre la maltraitance routinière des animaux d’élevage et les pratiques agricoles qui leur refusent jusqu’à la plus fondamentale capacité de mouvement. Nos images d’Epinal sur les fermes sont à des lieues de la situation réelle du bétail américain, mais nous commençons à évoluer dans la bonne direction. »

Ainsi, la « bonne direction», selon HSUS, c’est l’élevage « heureux ».

Les auteurs de cet article :

Josh Balk, directeur de la politique du groupe pour la protection des animaux d’élevage à la Humane Society of the United States, et les époux Philip et Dee Horst-Landis, qui gèrent la Sweet Stem Farm à Lititz en Pennsylvanie, dans le comté de Lancaster, où ils élèvent des cochons, des bœufs et des moutons.

Notez que ce sur quoi nos auteurs tombent d’accord est que nous devons évoluer vers les « images d’Epinal sur les fermes. »

Si vous pensez qu’il subsiste le moindre doute sur le fait qu’HSUS promeut l’exploitation « heureuse » comme moralement souhaitable, ou si vous estimez que l’article des Balk/Horst-Landis est, de quelque façon, cohérent avec la promotion d’un message végan clair, vous êtes en plein déni.