Archives mensuelles : janvier 2011

Wayne Paccelle et moi sommes d’accord

Chers Collègues :

Depuis maintenant plusieurs années, je soutiens que les gros organismes de protection animale sont, pour la plupart d’entre eux, des partenaires des industries exploitant les animaux, et qu’ils représentent le bras droit de l’industrie agro-alimentaire. Ils ne remettent pas en cause l’utilisation des animaux ; en fait, ils soutiennent activement leur utilisation institutionnalisée et prétendent que seules les questions touchant au bien-être ou au traitement des animaux importent. Ils font la promotion de changements largement insignifiants, dont plusieurs améliorent l’efficacité de la production, alors que d’autres ne sont jamais mis en œuvre ou sont censés n’être mis en œuvre que plusieurs années plus tard. Ces organismes promeuvent les programmes d’étiquetage garantissant une exploitation « heureuse », grâce auxquels les produits d’origine animale sont « approuvés » et vendus avec la bénédiction intentionnelle de la communauté des défenseurs des animaux. J’ai soutenu que les réformes en faveur du bien-être (en supposant qu’elles puissent raisonnablement être considérées comme des « réformes » et non pas comme de simples changements visant à améliorer l’efficacité de l’industrie) font en sorte que le public se sente à l’aise de continuer d’exploiter les animaux nonhumains.

Mes vues ont suscité des critiques acérées de la part des défenseurs du bien-être animal.

C’est donc avec beaucoup de bonheur que je vous rapporte que Wayne Pacelle, le Chef de la direction de la Humane Society of the United States, est d’accord avec moi.

Comparaissant devant le Ohio Livestock Standards Board, qui a obtenu l’appui de la HSUS après avoir accepté d’abolir les caisses de gestation à partir de 2025 (ce qui est censé « aider les animaux ici et maintenant »), Pacelle a fait l’éloge de l’élevage animalier :

« Je crois que l’agriculture est une tradition profondément noble », a-t-il dit. « Elle est admirable par tant d’aspects, mais il faut également ajouter le bien-être animal dans l’équation. »

Pacelle qualifie l’agriculture animale de « tradition noble », « admirable par tant d’aspects ». Nous devons simplement ajouter « le bien-être animal dans l’équation ». Et voilà. Le problème n’est pas l’utilisation des animaux en soi ; le problème est le traitement, et les réformes de bien-être, telles que l’élimination des caisses de gestation après 2025, sont la solution.

Il déclare aussi que les réformes liées au bien-être que le Conseil appuie :

rendront l’agriculture de l’Ohio « plus honorable, défendable et pertinente pour le consommateur.

Oui, en effet, elles le feront. C’est exactement ce que je dis depuis maintenant plus de vingt ans, et je suis content d’apprendre que Wayne Pacelle est d’accord avec moi.

Si vous n’êtes pas végan, devenez-le. C’est facile ; c’est meilleur pour votre santé et pour la planète. Mais surtout, c’est la bonne chose à faire moralement. Vous ne ferez jamais rien dans votre vie qui soit plus facile et satisfaisant.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2011 Gary L. Francione

Quelques pensées pour la nouvelle année

Chers Collègues :

C’est le devoir de tous ceux qui embrassent le véganisme que de sensibiliser autrui de manière créative à cette vérité morale fondamentale qui est de ne pas exploiter les individus vulnérables. Nous devons tous devenir des professeurs de non-violence dans nos foyers, nos cercles sociaux, nos écoles, nos lieux de travail et nos communautés. Nous commençons d’enseigner à travers notre propre exemple.

Le véganisme éthique, c’est la non-violence en action ; c’est une non-violence dynamique. Cela exige que nous réévaluions et rejetions les idéologies insidieuses de domination que nous avons été élevés à considérer comme « normales ». Un monde qui s’achemine vers le véganisme éthique est un monde qui tend de manière générale vers une paix et une justice plus grandes.

Si nous arrêtons de traiter les animaux comme des animaux, nous arrêterons de traiter d’autres humains comme des animaux.

Dressons-nous contre toutes les formes de discrimination (racisme, sexisme, homophobie, classisme, spécisme), disons simplement non.

Décidons de faire du monde un endroit plus pacifique en 2011, et participons chacun à cet effort commun. Je continuerai au cours de cette année à faire des Commentaires consacrés aux différentes formes d’une défense du véganisme positive, créative et non-violente, laquelle est en train de naître et de se développer dans un grand nombre de pays et dans toutes sortes de communautés. Nous devons tous apprendre de ces défenseurs !

Si vous n’êtes pas végan, devenez-le. C’est facile ; c’est meilleur pour votre santé et pour la planète. Mais c’est surtout, moralement, la bonne chose à faire. Vous ne ferez jamais rien dans votre vie qui soit aussi facile et satisfaisant.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2011 Gary L. Francione