Archives mensuelles : septembre 2009

Commentaire n°8: Une discussion sur les Principes Abolitionnistes

Chers Collègues:

Certains défenseurs des animaux prétendent être abolitionnistes mais soutiennent les réformes de bien-être ou la violence.

Dans ce commentaire, j’explique pourquoi les réformes de bien-être et la violence ne peuvent pas faire partie de l’approche abolitionniste.Gary L. Francione
©2009 Gary L. Francione

Lire

Sexisme et misogynie dans le Mouvement

Chers collègues:

Depuis maintenant 20 ans, je soutiens qu’utiliser le sexisme et la misogynie soi-disant pour promouvoir les Droits des Animaux est une très mauvaise idée. Perpétuer la marchandisation des femmes est non seulement intrinsèquement immoral, mais ne fera rien pour changer les mentalités sociales relatives à la marchandisation des non-humains. Depuis des années PETA a fait différentes versions de la campagne « je préfère être nue plutôt qu’en fourrure ». Et quel résultat cela a t-il donné? L’industrie de la fourrure est plus forte aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été. Même ceux qui jadis allaient nus pour PETA se mettent à porter à nouveau de la fourrure.

Je viens de voir une petite vidéo produite par Wakker Dier, qui signifie «Animal Awake», une association néerlandaise décrite comme une « copie de PETA Europe ». Wakker Dier a embauché une Playmate néerlandais et modèle fétiche Ancilla Tilia à jouer le rôle d’une strip-teaseuse qui se fait matraquée et dépouillée comme un animal.

PETA a poussé ses campagnes sexistes plus loin avec des vidéos de nudité. Et maintenant nous voyons de la violence graphique pure et simple.

Si vous pensez que tout cela va faire quelque chose pour aider les gens à prendre conscience de l’exploitation animale, je suis respectueusement mais fermement en désaccord.

Ces pitreries sont conçus comme rien de plus qu’un divertissement pour le mouvement, ils ne font rien pour convaincre le public de l’importance de la question de l’exploitation animale. Depuis les nombreuses années où je travail sur le sujet des animaux, personne n’est venu vers moi pour dire qu’il allait considérer la question animale, parce qu’il a vu une femme nue dans une cage. En effet, c’est précisément le genre de chose qui fait que des personnes progressistes pensent que le mouvement des Droits des Animaux est une plaisanterie pathétique qu’il faut rejeter et ignorer.

La marchandisation des non-humains est très similaire à la marchandisation des femmes. Mais la société n’a aucun problème avec la marchandisation des femmes. Au lieu de s’opposer au sexisme et la misogynie, une grande partie du mouvement en fait activement la promotion. Tant que nous continuerons à voir les femmes comme de la viande, nous ne verrons jamais le problème d’utiliser les animaux comme la viande.

Je vous demande immédiatement de réfléchir à cette question et d’envisager une opposition active au sexisme et la misogynie dans le mouvement. C’est intrinsèquement mauvais et ca ne fait rien, absolument rien pour aider les animaux.

Gary L. Francione
©2009 Gary L. Francione

Commentaire n°7: une rencontre personnelle et intime avec la schizophrénie morale

Chers collègues:

Je fais référence à la manière délirante et confuse que nous avons de penser aux animaux en terme de question sociale/morale comme constituant une «schizophrénie morale».

J’ai récemment rencontré un cas de schizophrénie morale face à un chevreuil qui avait été touché par une voiture et des chasseurs qui se sont arrêtés pour l’aider.

Dans ce commentaire, je vais vous décrire et discuter de ce qui s’est passé.

Gary L. Francione
© 2009 Gary L. Francione

Lire

Annonce Facebook

Chers collègues:

Je suppose que la plupart d’entre vous choisiront de ne pas passer du temps avec des gens qui se montrent sur la place publique proposant une guerre civile ou parlant de plan de santé digne des «nazis», ou avec des gens qui pensent que ce genre de comportements et discours sont acceptables, et qui l’appuient.

Je ne veux pas passer mon temps à parler avec des gens qui pensent qu’il est approprié d’encourager la violence ou qui considèrent comme approprié d’appeler les gens des « cons », « nazis », ou « collaborateurs de l’État » parce qu’ils rejettent la violence et les menaces de violence.

Quand j’ai commencé mon compte Facebook, j’ai demandé à ceux qui soutiennent la violence de ne pas participer à ma page. J’ai clairement fait savoir que le but de la page était de discuter des questions relatives aux animaux à partir d’une perspective non-violente. Malheureusement, il y a un certain nombre de personnes qui croient qu’ils ont le droit d’entrer dans n’importe quel forum et d’y promouvoir leur vision pro-violence. Cela est particulièrement curieux puisque ces mêmes personnes ne permettent aucune critique de leurs positions sur leurs propres sites, ou ils modifient ou altèrent parfois même des commentaires critiques qui ont été postés.

En tout état de cause, j’ai décidé de mettre en pause mon compte FB. Je continuerai à promouvoir la non-violence ici et je vais peut-être démarrer un groupe de discussion FB sur « Ahimsa » et « Animal Rights » qui se fera sur invitation seulement. Je ne suis pas sûr.

Sachez que j’ai pris un immense plaisir à rencontrer beaucoup de personnes qui ont rejoint le site. Il y a eu des discussions merveilleux et de nombreuses contributions réfléchies. Malheureusement, un nombre relativement restreint de personnes en ont fait leur projet pour essayer d’infecter tous les articles avec leur rhétorique pro-violence malgré mes demandes répétées par rapport au fait que la page FB met uniquement l’accent sur des discussions sur les droits des animaux dans une perspective de non-violence.

S’il vous plaît continuer à visiter ce site. Il y aura beaucoup plus d’articles et de podcasts à venir. Et j’ai un nouveau livre, « Le débat sur les Droits des Animaux: abolition ou réglementation? », Co-écrit avec le Dr Robert Garner et publiée par Columbia University Press, à venir cet automne. J’espère que ce livre aidera les défenseurs des animaux à avoir une réflexion critique sur des problématiques pertinentes.

Devenez végan. C’est facile; c’est meilleur pour vous et pour la planète et, le plus important, c’est d’un point de vue morale le juste choix à faire. L’éducation végane et non-violente est la plus importante forme d’activisme dans laquelle nous pouvons nous engager.

Selon moi, notre mouvement doit être celui de la paix et de la non-violence. C’est l’unique façon que nous avons d’atteindre, un jour, des changements significatifs et durables.

Gary L. Francione
©2009 Gary L. Francione

Hey, est-ce que c’est du lait sur ta cagoule?

Chers collègues,

Comme vous le savez, je suis opposé à toute violence. Voir, par exemple, un commentaire sur la violence (podcast), un commentaire sur la violence, ainsi que sur la violence et les droits des animaux et sur la vivisection et la violence. Cela a été un thème récurrent dans mon travail pendant de nombreuses années. Je suis opposé à toute violence, y compris la violence contre la propriété. Ceux qui prétendent qu’il est possible de détruire un bâtiment ou de s’engager dans un cambriolage sans causer de préjudices ou risquer de causer des préjudices sur des êtres sensibles (humains ou nonhumains) se font tout simplement des illusions.

Pour les raisons que j’ai déjà énoncé à plusieurs occasions, je considère la violence comme le problème et non comme une partie de la solution et j’encourage ceux qui sont préoccupés par l’exploitation des animaux à devenir végans et à s’engager dans une éducation créative et non violente au véganisme.

J’ai jeté un coup d’œil sur le site web du Front de Libération des Animaux, site que je n’avais pas regardé depuis un moment.

Ce site est remarquable.

Selon le « credo ALF »: le Front de Libération Animal (ALF) mène des actions directes contre la cruauté envers les animaux sous la forme de sauvetages d’animaux et en causant des pertes financières pour les exploiteurs d’animaux, généralement à travers les dommages et destructions de propriétés.

Le credo dit aussi: Tout groupe de personnes qui sont végétariens ou végans et qui mènent des actions selon les directives de l’ALF ont le droit de se considérer comme faisant partie de l’ALF.

Si vous êtes un végétarien – si vous consommez du lait, des crèmes glacées, du fromage, des œufs, etc. – vous avez la bénédiction de l’ALF pour détruire des propriétés en son nom.

Je ne pense pas qu’il faille se livrer à la violence même si vous êtes végan, mais il est plus que déconcertant pour moi que des personnes qui sont activement engagées eux-mêmes dans l’exploitation des animaux, en n’étant pas vegan, pensent qu’il pourrait être acceptable qu’ils puissent s’engager dans des actes de violence contre d’autres personnes impliquées elles-aussi dans l’exploitation animale.

Mais attendez. Ce n’est pas tout. Il y a un lien sur les « Saints vivants » qui liste de nombreuses célébrités et personnalités publiques non-veganes (ou non-végétariennes), y compris celles qui ont encouragé ou approuvé les produits animaux.

Et ils ont des liens vers à peu près toutes les organisations réformistes qui font la promotion de viande/produits animaux « heureux ».

Alors, les gens qui exploitent les animaux et qui soutiennent d’autres exploiteurs d’animaux prétendent être des militants avec le droit de recourir à la violence contre d’autres exploiteurs d’animaux. Le niveau de confusion ici est profond. Très profond.

J’ai souvent affirmé que ceux qui soutiennent la violence ne peuvent pas prétendre de manière cohérente que nous devons cibler les exploiteurs, parce que c’est nous, les consommateurs, qui créons la demande pour les produits animaux. La solution pour changer le paradigme moral est l’éducation. Il n’existe aucune autre solution réaliste. Le personnes pro-violence deviennent violemment en colère quand je présente cet argument et ils m’appellent de toutes sortes de noms et, malheureusement, certains d’entre eux menacent et harcèlent ceux qui se déclarent favorables à la non-violence.

Je vois maintenant pourquoi. Ils auraient tous à mettre leur cagoule et à commettre des actes violents les uns contre les autres s’ils acceptaient ma position.

Devenez végan. C’est facile, c’est meilleur pour vous, pour la planète et, plus important encore, c’est la chose la plus juste à faire d’un point de vue moral. Et, au moins en ce qui me concerne, les droits des animaux et le véganisme éthique représentent un engagement dans la non-violence.

Gary L. Francione
©2009 Gary L. Francione