Archives mensuelles : novembre 2010

Commentaire n° 22 : le Réseau de Défense de la Paix et la Campagne pour l’Engagement Végan

Chers Collègues :

Le Réseau de Défense de la Paix (RDP) a été fondé en 2010. Il s’agit d’un groupe de base géré entièrement par des volontaires œuvrant pour l’élimination de la violence dans la vie des animaux – humains comme nonhumains.

L’un des projets du RDP est l’Engagement Végan. Voici ce qu’on peut lire sur le site :

L’Engagement Végan a démarré au Royaume-Uni. Les membres du conseil du Réseau de Défense de la Paix l’ont porté l’année dernière [2009], avec beaucoup de succès, dans la ville de Philly. Trente non-végans se sont engagés à devenir végans pour une durée de 30 jours avec le soutien du programme Engagement. Ce soutien incluait des réunions hebdomadaires comprenant cours de cuisine, conférences sur l’environnement et la santé, mentors personnels (des végans expérimentés), événements sociaux ainsi qu’un incroyable « colis de survie » pour faciliter ces 30 jours végans. Cette année, l’Engagement s’étend à davantage de villes, et nous avons besoin de vous.

Leila Fusfeld, la Présidente du RDP, déclare : « Bien que l’Engagement Végan lui-même dure seulement un mois, le programme est conçu de manière à fournir aux participants les outils et les connaissances pour les aider à rester végans pour la vie. »

Le RDP est un exemple de groupe opérant la jonction entre les droits humains et les droits des animaux, et revendiquant l’importance de la non-violence. Le Projet Engagement Végan du RDP est un exemple passionnant d’une défense du véganisme créative et non-violente. Dans ce Commentaire, Leila Fusfeld me rejoindra pour donner davantage d’explications sur la Campagne Engagement Végan et la façon dont vous pouvez l’amener dans votre communauté.

Pour plus d’informations sur l’Engagement Végan, cliquez ici. Si vous êtes déjà végan mais que devenir mentor, intervenant ou démonstrateur culinaire vous intéresse, cliquez ici. Si vous désirez soutenir cette initiative en parrainant un engagement, contactez le Réseau de Défense de la Paix.

Si vous n’êtes pas végan, devenez-le. C’est facile ; c’est meilleur pour votre santé et pour la planète. Mais c’est surtout, moralement, la bonne chose à faire.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2010 Gary L. Francione

Du véganisme, d’un poète arabe médiéval

Chers Collègues :

Un lecteur m’a envoyé le poème suivant, écrit par le poète arabe médiéval Abu ‘L’Ala Ahmad ibn ‘Abdallah al-Ma’arri, connu sous le nom de Al-Ma’arri. Il est né en 973 et mort en 1057. Il était aveugle. La traduction est disponible ici.

Je ne volerai plus la Nature

Tu es malade de compréhension et de religion.
Viens à moi, que tu puisses entendre une saine vérité.
Ne mange pas injustement le poisson que la mer a rejeté,
et ne désire pas comme nourriture la chair des animaux égorgés,
Ou le lait blanc des mères qui destinaient ce pur breuvage à leurs petits et non aux nobles dames. N’afflige pas les oiseaux confiants en prenant leurs œufs ;
car l’injustice est le pire des crimes.
Epargne le miel que les abeilles ont industrieusement recueilli de la fleur des plantes parfumées ;
Car elles ne l’ont pas conservé pour qu’il puisse appartenir à d’autres,
pas plus qu’elles ne l’ont amassé par générosité ou pour en faire don.
J’ai lavé mes mains de tout cela ;
et je souhaite avoir trouvé ma voie avant que mes cheveux soient devenus gris !

Al-Ma’arri

Je remercie la personne qui m’a envoyé ce poème. Je le partage avec vous, car je le considère comme des plus inspirants.

Si vous n’êtes pas vegan, devenez-le. C’est facile ; c’est meilleur pour votre santé et pour la planète. Mais c’est surtout, moralement, la bonne chose à faire.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2010 Gary L. Francione

Peter Singer et moi sommes d’accord sur une chose : la non-violence

Chers Collègues :

Peter Singer a récemment posté le Tweet suivant en réaction à la réception, par un vivisecteur de l’UCLA, de lames de rasoir prétendument infectées avec du sang contaminé :

Pouah… en quoi cela va-t-il aider les animaux ? Le seul résultat, c’est de donner du mouvement animaliste la pire image possible. http://tinyurl.com/27xmlkr

Je suis d’accord avec Singer à propos du fait qu’une violence de ce genre donne une image négative du mouvement animaliste. Mais je pense que le problème va bien au-delà de la simple image publique. En mettant de côté les problèmes moraux généraux posés par la violence, la bouffonnerie de l’UCLA n’a tout simplement aucun sens. Bien sûr, le vivisecteur en question exploite les animaux de manière injustifiable. Mais il en va de même de toutes les personnesutilisant les animaux, ce qui inclut celles qui consomment des produits d’origine animale. Il n’y a réellement aucune raison morale de distinguer ceux qui participent à la vivisection de ceux qui consomment viande, produits laitiers ou autres produits d’origine animale, y compris les produits d’origine animale « heureux ». Ceux qui plébiscitent la violence veulent-ils voir dans leurs grands-parents, qui préparent une dinde pour Thanksgiving, une cible ? Désirent-ils traiter les membres de leur famille ou leurs amis mangeant des glaces, buvant du lait ou consommant n’importe quel produit d’origine animale, comme des « salauds d’abuseurs » et donc comme des cibles légitimes ? Non, bien sûr que non.

La seule manière de résoudre le problème de l’exploitation animale est de faire évoluer le statut de propriété actuel des animaux vers celui de personne, et cela n’adviendra pas – nous ne trouverons jamais notre boussole morale – tant que nous consommerons des produits d’origine animale. Cela n’arrivera certainement jamais grâce à la violence. Si l’opinion sociale concernant l’utilisation des animaux et si la demande publique de cette utilisation restent les mêmes, alors rien ne changera jamais. Si vous fermez dix abattoirs aujourd’hui et que la demande reste la même, dix autres abattoirs ouvriront demain, ou les dix abattoirs existants augmenteront leur capacité de production. Pour davantage d’explications sur ce sujet, voir 12345 et mon Commentaire. Je discute également de ce problème dans mon nouveau livre, The Animal Rights Debate: Abolition or Regulation?, paru en novembre 2010 chez Columbia University Press.

Ainsi, bien que Singer et moi soyons en désaccord en ce qui concerne chacune des autres questions d’éthique animale, je suis content que nous soyons du même avis sur l’importante question de la violence au sein de la défense animale. J’espère sincèrement que Singer n’est pas sujet à des menaces ou des attaques diffamatoires comme celles qui m’ont personnellement visé pour avoir condamné haut et fort la violence.

Le mouvement des droits des animaux a un sens uniquement comme mouvement de paix et de non-violence. Gandhi a dit :

Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde.

Si nous voulons voir advenir un monde débarrassé de la violence contre les plus vulnérables, nous devons devenir nous-mêmes non-violents et présenter nos opinions de manière non-violente. La non-violence commence avec notre propre véganisme et notre recours à des moyens créatifs et non-violents de sensibiliser autrui au véganisme.

Si vous n’êtes pas végan, devenez-le. C’est facile ; c’est meilleur pour votre santé et pour la planète. Mais c’est surtout, moralement, la bonne chose à faire. Le véganisme, c’est la non-violence en action.

Si vous êtes végan, alors passez autant de temps que vous le pouvez à sensibiliser autrui au véganisme de manière créative et non-violente.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2010 Gary L. Francione

Une pensée pour Thanksgiving 2010

Aujourd ›hui, comme vous allez rendre grâce pour ce que vous avez, s ›il vous plaît, ne célébrez pas cet événement en participant à la souffrance et à la mort d ›un autre. S ›il vous plaît, ne tenez pas pour acquis ce qui n ›est pas à vous. S ›il vous plaît, ne participez pas à l ›injustice de l ›exploitation animale.

Rendez grâce en appréciant la paix dans votre cœur et que cette paix s ›étende à tous les autres êtres humains et non-humains.

Si vous n’êtes pas végans, devenez-le. C’est très facile, c’est meilleur pour votre santé et la planète. Et c’est surtout, moralement, la bonne et la juste chose à faire.

Le Monde est végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2010 Gary L. Francione

Pédophilie « humaine » et « compassionnelle »

Chers Collègues :

Depuis de nombreuses années, j’affirme que si l’exploitation animale ne peut être moralement justifiée (et je ne pense pas qu’elle puisse l’être), alors nous devons, sur un plan individuel, stopper notre participation directe à l’exploitation animale en devenant végans et, sur un plan social, exiger l’abolition de cette exploitation, et non sa réglementation. J’ai soutenu par exemple que, ayant déterminé que la pédophilie est moralement mauvaise, nous ne saurions, en dépit du caractère répandu de la pédophilie dans nos sociétés, préconiser une pédophilie « humaine ». De même, nous ne devons pas préconiser une exploitation animale « humaine ». Si l’exploitation animale est moralement injustifiable, alors nous devons le dire, et le dire clairement. (J’ai également démontré que, sur un plan pratique, les réformes de bien-être animal ne fonctionnent pas et sont, dans les faits, contreproductives).

Par conséquent, c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai pris connaissance des réactions publiques à la publicité d’Amazon.com pour un livre téléchargeable intitulé Le Guide du pédophile de l’amour et du plaisir : code de conduite d’un amoureux des enfants, décrit par son auteur comme une « tentative de rendre les situations pédophiles plus sûres pour les enfants qui s’y trouvent impliqués, en établissant pour les adultes certaines [sic] règles à suivre. » CNN rapporte :

Un livre téléchargeable en vente sur Amazon.com et défendant la pédophilie a déclenché des centaines de commentaires et menaces d’utilisateurs en colère appelant au boycottage du détaillant en ligne à moins qu’il ne supprime le titre.

Près de 1700 utilisateurs ont posté des commentaires sur le livre à partir de 21h40, déploré sa publication et juré de boycotter Amazon jusqu’à ce qu’il efface le titre auto-publié de son site. Au moins deux pages Facebook ont été créées et consacrées au boycottage d’Amazon.

Amazon.com a apparemment stoppé la vente du livre en vertu de cette indignation publique.

La réaction au livre prouve mon propos : même si nous savons tous que la pédophilie est omniprésente dans la société, et même si promouvoir une pédophilie « humaine » peut amener à réduire la souffrance des enfants qui en sont les victimes, nulle personne estimant que la pédophilie est moralement mauvaise ne pense que nous devrions plaider en faveur d’une pédophilie « humaine » ou « compassionnelle ».

De même, ceux qui pensent que l’exploitation animale est moralement mauvaise ne doivent pas faire campagne en faveur d’une exploitation « heureuse » ou « compassionnelle » des animaux, ni plébisciter les labels viande « heureuse ». Le message doit être clair : nous ne pouvons pas justifier l’utilisation des animaux, fût-elle « humaine ». La réalité, bien sûr, est que la plus « humaine » des utilisations des animaux implique encore ce qui serait considéré comme de la torture si des humains en étaient les victimes. Aucune utilisation des animaux, quelque « humaine » ou « compassionnelle » soit-elle, ne peut être justifiée, exactement de la même façon qu’aucune pédophilie, quelque « humaine » ou « compassionnelle » soit-elle, ne peut l’être.

Il n’y aura de véritable mouvement des droits des animaux que lorsque leurs défenseurs réagiront avec autant d’indignation à la promotion d’une exploitation animale « heureuse » que nous le faisons tous à la promotion d’une pédophilie « heureuse ».

Si vous n’êtes pas végan, devenez-le. C’est très facile, c’est meilleur pour la santé et la planète. Et c’est surtout, moralement, la bonne chose à faire.

Si vous êtes végan, alors sensibilisez les autres au véganisme de manière créative et non-violente.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2010 Gary L. Francione

Commentaire n° 21 : The Animal Rights Debate, le forum de discussion Approche Abolitionniste et une réponse à Nicolette Hahn Niman

Chers Collègues :

Dans ce Commentaire, je débats de trois sujets.

Premièrement, je parle de mon nouveau livre, The Animal Rights Debate: Abolition or Regulation?, coécrit avec le Professeur Robert Garner et publié par Columbia University Press.

Ce livre se concentre sur le débat en cours au sein de la communauté de la défense animale, à savoir : devons-nous poursuivre les réformes de bien-être en tant qu’elles seraient un moyen de faire advenir, à la fin, les droits des animaux ? Je plaide contre les réformes de bien-être ; Garner plaide pour.

Deuxièmement, il y a deux semaines, le 26 octobre 2010, nous avons lancé le Forum Approche Abolitionniste, où les personnes intéressées peuvent venir discuter des questions théoriques concernant l’abolition, du véganisme et des idées pratiques d’une éducation végane créative et non-violente, mais aussi échanger des informations sur la nutrition, la nourriture végane, la façon d’élever les enfants végans, etc.

A ce jour, nous comptons plus de 200 membres et les discussions sont formidables. Seulement deux règles sont à respecter : rester poli et respectueux, et ne pas promouvoir la violence.

Si vous désirez apprendre plus de choses à propos de la philosophie végane et de l’approche abolitionniste des droits des animaux, pensez à rejoindre le Forum.

Troisièmement, je réponds à Nicolette Hahn Niman, du Ranch Niman, qui vend de la viande « heureuse » provenant, selon le site, d’animaux « Elevés Humainement dans les Fermes et les Ranchs Familiaux Durables ».

Dans un récent article paru dans The AtlanticDogs Aren’t Dinner: The Flaws in an Argument for Veganism, Mme Niman nie que nous souffrions de schizophrénie morale en traitant certains animaux comme des membres de notre famille et en plantant nos fourchettes dans d’autres. Son analyse, en un mot, est que, culturellement, nous entretenons des relations différentes avec les chiens et les cochons.

C’est précisément le problème : culturellement, nous traitons certains nonhumains sentients comme des choses et d’autres comme des personnes. Mais les normes culturelles ne peuvent en aucun cas servir de justification aux normes culturelles ! Si c’était le cas, alors le racisme, le sexisme, tous les genres de discriminations et les violations des droits humains seraient justifiés.

J’espère que vous prendrez plaisir à écouter ce Commentaire.

Si vous n’êtes pas végan, pour quelle raison ne l’êtes-vous pas ? Il n’est pas nécessaire que les humains exploitent les nonhumains. Alors qu’attendez-vous ? Devenir végan est facile ; c’est meilleur pour votre santé ; et c’est surtout, moralement, le moindre que vous puissiez faire si vous considérez que les animaux ont une signification morale.

Si vous êtes végan, alors sensibiliser autrui au véganisme de manière créative et non-violente.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2010 Gary L. Francione

Le Barreau de New York ne place pas la barre assez haut

Chers Collègues :

Je viens juste de recevoir un avis déclarant que le 11 novembre 2010, le Barreau de la Ville de New York, le Comité des Questions Légales se rapportant aux Animaux, présente un programme décrit en ces termes :

Les vaches heureuses viennent de Californie – Poudre aux yeux ou fraude à la consommation ?

Jeudi 11 novembre 2010, 18h30 – 20h30

L’étiquetage des produits d’origine animale, incluant les produits alimentaires d’origine animale et les biens de consommation, qui contiennent de tels labels et des messages vendeurs comme « humain », « sans cage », « plein air », « pas de broyage de bébés » et « 100% fausse fourrure », qui peuvent induire le consommateur en erreur quant aux normes de bien-être animale du produit portant un tel label.

Comme ceux d’entre vous qui connaissent mon travail le savent, je suis très critique à l’égard du phénomène de l’exploitation « heureuse ».

J’ai critiqué la Humane Society of the United States pour être un partenaire dans l’exploitation en faisant la promotion de l’exploitation « heureuse ».

J’ai critiqué Mercy for Animals pour avoir proclamé que Costco, le géant du détail, a fait un « pas en avant » en acceptant de commercialiser du veau « humain ».

J’ai critiqué Farm Sanctuary pour s’être focalisé sur le traitement des animaux des élevages industriels, comme si un traitement plus « humain » rendait l’exploitation animale plus acceptable.

J’ai dénoncé le fait que HSUS, sa filiale idéologique Compassion over Killing, Farm Sanctuary, Mercy for Animals et d’autres associations de bien-être animal aient approuvé explicitement le label viande « heureuse » Compatissant envers les Animaux de Whole Foods.

Aussi, lorsque j’ai appris que le Barreau de la Ville de New York tenait un débat pour savoir si l’exploitation « heureuse » induisait réellement le consommateur en erreur, j’ai voulu savoir qui étaient les intervenants :

Le programme est le suivant :

Orateurs :
CHERYL LEAHY, Conseillère Générale, Compassion Over Killing ;
ALISON LONGLEY, Directrice de campagnes, Farm Sanctuary ;
JONATHAN R. LOVVORN, vice-président & Avocat en chef (Chief Counsel), Animal Protection Litigation & Research, Humane Society of the United States ;
MATT RICE, NYC, Coordinateur de campagnes, Mercy for Animals.

Je suis membre du Barreau de l’Etat de New York et j’ai de l’estime pour le Barreau de la Ville de New York. Et j’accepte aussi que des avis raisonnables puissent différer sur la question de l’exploitation « heureuse ». Mais je suis triste de voir que le Comité des Questions Légales se rapportant aux Animaux tienne une session aussi ridiculement déséquilibrée et agisse apparemment comme une équipe de pom-pom girls pour des organisations particulières soutenant l’exploitation « heureuse ».

« Poudre aux yeux » ? Oui, je le pense en effet.

Si vous n’êtes pas végan, devenez-le. C’est très facile, c’est meilleur pour la santé et la planète. Et c’est surtout, moralement, la bonne chose à faire.

Si vous êtes végan, alors sensibilisez les autres au véganisme de manière créative et non-violente.

Le Monde est Végan ! Si vous le voulez.

Gary L. Francione
©2010 Gary L. Francione